Gran Turismo 7 (2022)

Gran Turismo 7 (2022)

Résumé

Des véhicules et circuits classiques à la réintroduction du légendaire mode simulation GT, Gran Turismo® 7 réunit les meilleurs éléments des épisodes passés de la série et les caractéristiques futures. Une expérience de conduite encore plus réaliste vous attend grâce au retour d'informations haptique, qui vous permet de voir ce que vous ressentez lorsque les pneus touchent la route.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Gran Turismo est un peu comme votre vieille PS2 faisant tourner vos anciens PES. Un bon souvenir. Mais comme PES, certains choix (GT Sport) et le temps passant, certaines licences historiques se perdent, déjouent et déçoivent. nGran Turismo 7 devait être un retour aux sources pour Polyphony et pour la presse, un retour aux sources car Polyphony n’aime pas ou peu le changement et parce qu'ils sont “de vrais passionnés d’automobile”.nnEt effectivement, on retrouve les menus classieux qui font l’ADN de la série, le GT Café, les permis. Gran Turismo reste incomparable par bien des aspects. Ce sont des sons et des sensations que l’on ne retrouve que chez eux. Oui, leur amour des sports mécaniques se ressent en course et dans le travail que l’on peut faire sur nos voitures.nEt c’est vrai que manette en main, on prend un plaisir fou à conduire les bolides de Polyphony. L’univers sonore est réaliste, les sensations de conduite présentes même à la manette. Gran Turismo reste le jeu de voiture offrant les meilleures sensations sur ce point surtout si on joue avec les vues capot, pare-chocs ou volant (la vue extérieure est catastrophique et toujours bien trop rigide à l’inverse de chez FM7 par exemple). nC’est vrai que le retour du GT Café est un plaisir et permet de donner un semblant de scénarisation à l’ensemble. C’est vrai que la modélisation des voitures est superbe. C’est vrai qu’on prend toujours un malin plaisir à régler sa voiture pour rentrer dans les clous. C’est vrai qu’acquérir des voitures est d’une rare satisfaction. nPolyphony a même d’excellentes idées avec les rallyes musicaux ou les missions ! nC’est vrai. Oui GT7 est un bon jeu de voiture avec des sensations de conduite sacrément agréables ! nnMais, il est totalement faux de dire que c’est un retour aux sources car Gran Turismo 7 est en fait plutôt fainéant. Nous sommes en 2022, Forza Motorsport 7 est sorti il y a 5 ans et le bijou de Turn 10 reste d’une incroyable stabilité et d’une finesse graphique que Polyphony a du mal à atteindre malgré la puissance de la PS5. nGraphiquement, Gran Turismo 7 est loin d'être une claque, c’est même parfois sacrément inquiétant de voir des barrières s’afficher bien tardivement. Mais passons, les sensations sont telles que finalement, les graphismes ne sont qu’un détail. Puis il faut avouer que la Dual Sense à un avantage comparatif pour favoriser l’immersion.nnOn sentirait presque clairement que ce Gran Turismo 7 a voulu rester dans la tradition après quelques écarts. Revenir aux fondamentaux quoi ! Mais pas totalement...nnParce que Polyphony n’est pas resté sur ses fondamentaux quand il s’agit de microtransactions. Fini la nécessité de rouler des centaines de tours pour remplir votre garage. Vous pouvez vous contenter de passer à la caisse. nPolyphony n’est pas resté sur ses fondamentaux sauf quand il s’agit de supprimer le marché de l’occasion. nPolyphony n’est toujours pas resté sur ses fondamentaux quand il s’agit d’enlever les courses d’endurance, soit l’essence même de Gran Turismo. L’élément le plus satisfaisant des opus précédents disparaît. nPolyphony resterait sur ses fondamentaux mais ne remet pas un nombre important de circuits pourtant historiques. Le nombre de circuits en ville est d’ailleurs famélique.nPar contre ! Polyphony reste tellement sur ses fondamentaux que l’on n’a même pas le droit d'avoir les prévisions météo avant la course. Coup de massue, on enlève en plus les qualifications.nnEn fait, Polyphony livre un jeu totalement révélateur de l’instant des micro-transactions, une obligation de connexion, des courses plus courtes. Bien loin des “fondamentaux de Polyphony digital”nnGran Turismo 7 est en fait la meilleure preuve que Turn10, avec FM7, a réalisé un véritable tour de force. La comparaison entre les deux opus fait mal à ce second tant on peut se demander “Mais qu’à fait Polyphony pendant tout ce temps ?!”. nN’aurait-il pas fallu passer plus de temps sur le contenu, les circuits plutôt que le nombre de jantes et les reflets d’une Ferrari dans le mode Spaces ?nC’est à croire que Polyphony a regardé le travail de Turn10 avec beaucoup de condescendance, estimant que de toute manière, le studio ferait mieux (loupé). nnLa nostalgie pousse forcément à aimer ce Gran Turismo 7, mais les heures passant, un goût amer se fait sentir car certains basiques manquent à l’appel. Certaines absences sont même inacceptables pour un jeu vendu plein pot et ayant le culot de proposer des micro-transactions. La sympathie s’étiole. nnGT7 dépasse actuellement FM7 et tous les autres opus de la saga ? Vraiment ? Polyphony bénéficie d’une indulgence assez incroyable que l’on n’aurait jamais donnée à d’autres studios la caméra externe est catastrophique ? C’est pas grave c’est GT, la conduite sur terre est déplorable ? C’est pas grave, c’est toujours comme ça dans GT. Il y a moins de circuit ? Pas grave. Moins de voitures ? Pas grave. nnEn faisant tellement moins que Forza Motorsport 7, Gran Turismo 7 reçoit un accueil presse similaire et un accueil joueur, pour l’instant, meilleur. Comme quoi, la nostalgie…nMais alors pourquoi 6 qui est plutôt un 6,5 ? Car malgré tous ses défauts, le plaisir de conduite est toujours là. nnEn espérant que le suivi par Polyphony soit bon et que le jeu se complète et se bonifie avec le temps.