Webbed (2021)

Webbed (2021)

Résumé

Balancez-vous d'arbre en arbre, projetez des toiles gluantes, et rencontrez plein d'amis insectes ! Devenez l'adorable araignée que vous avez toujours rêvé d'être !

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Webbed est... cool. De ses premières minutes jusqu’aux dernières, Webbed est un plaisir à parcourir au gré des lancers de fils de soie et des mouvements particulièrement planants qui en résultent, et de la découverte d’un nouvel insecte passablement anthropomorphosé et poussé bien au-delà de ses caractéristiques naturelles, à la manière d’un It Takes Two ou d’un film d’animation moderne. Les animations, fourmillantes de détails, et les dialogues superbement écrits donnent vie à tout ce petit monde, de la fourmi à l’ère industrielle qui éduque ses larves dans un jardin d’enfants, au bousier paresseux et obsédé par le crotin. Tous ont un petit truc qui fait sourire.nnTous, exceptée l’araignée-ogre. Parce qu’il ne faut pas exagérer non plus.nnComme beaucoup de ses congénères, Webbed saute immédiatement dans l’action et crée rapidement de l’enjeu, nous poussant à poursuivre l’aventure, très bien rythmée dans l’ensemble, avec quelques secrets vraiment difficiles à découvrir, et une carte suffisamment bien faite pour que les allers-retours ne soient pas trop présents. Les sensations de jeu sont tellement agréables que j’ai failli taper une nuit blanche (et non, je n’ai pas encore joué à Spiderman sur PS4).nnIl y a vraiment quelque chose de particulier à pouvoir traverser des niveaux entiers de filament en filament, du moins lorsqu’on a atteint une certaine maîtrise. Peut-être parce que je me souviens des longues tentatives à essayer de passer ce genre de niveaux dans Super Meat Boy ou Céleste. L’easter egg qu’il renferme est juste parfait à ce niveau.nnLes puzzles quant à eux fonctionnent bien, ils sont peu répétitifs, rarement énervants, même si parfois, on succombe à la facilité du laser qui permet de pousser rochers et autres débris ou à celle de tisser plus de fils jusqu’à ce qu’enfin, ça passe. Parfois on accroche un animal qui n’avait vraiment rien demandé, et il se retrouve empêtré dans ce joyeux chaos de pignons et de mouches captives. Magnifique.nnLa bande son est fabuleuse. Elle commence avec des instruments plutôt classiques, des notes d’orgue, des soupçons d’accordéon, puis elle devient quasiment diégétique lorsqu’elle passe à des chocs métalliques et des bruits de perceuse dans la colonie de fourmis. De même, lorsqu’on plonge sous l’eau, seules les percussions restent, et les accords de guitare sont remplacés par le bruit qu’un guitariste produirait probablement sous l’eau. C’est génial.nnMignon, épuré, plein d’humour, entraînant et relaxant à la fois, Webbed est un excellent petit jeu de plateformes et de puzzles basés sur la physique. Je n’aime pas ce genre de formules, mais à ce prix-là, c’est fou.