Mind Scanners (2021)

Mind Scanners (2021)

Résumé

Bonjour. Votre candidature de psychonaute a été acceptée. Votre mission : diagnostiquer et traiter les citoyens de la Structure. La liste des patients est longue, ne perdez pas de temps. Vous aurez bientôt le droit de revoir votre fille...

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Après avoir jouer à la démo de Mind Scanners lors du Steam Festival d'été et l'ayant beaucoup apprécié, il me tardait de voir l'état final de ce jeu avec des attentes (l'histoire et l'évolution du gameplay) et des craintes (la répétitivité et le manque d'explication)nnTout d'abord, soulignons la qualité de la DA comme à mon habitude. Le jeu, tout en nuance de vert et de rouge offre un direction artistique pixelisé très semblable à The Red String Club, autre excellent jeu indépendant traitant de sujets similaires. Tout est léché et polie, autant les personnages que les lieux et objets, et le tout transpire une atmosphère particulière qui caractérise immédiatement le jeu.nnLa DA, excellente donc, supporte une narration agréable très science-fiction post-apocalyptique assez similaire à beaucoup de romans sorti dans les années 80-90. Si celle-ci n'est pas incroyable et ne dispose pas de rebondissements important, elle se laisse suivre et sera majoritairement le fil rouge du jeu.nnLe gameplay et sa boucle par extension (entendez par la un cycle d'action qui va se répéter et former le coeur du jeu, un élément fondamental en Game Design) quand a eux sont assez similaire dans le fond à Paper's Please dans la manière dont il va falloir gérer son temps pour traiter un maximum de patients pour éviter la banqueroute à la fin de la journée, moyennant des taches répétitives mais évolutives. nnEt si ce gameplay amuse et intéresse dans la première heure (et reste amusant dans les suivantes), on arrive très vite à une limite. En effet, cette boucle de gameplay se répète alors trop souvent et aucune grosse innovation ne vient la casser, ce qui rend le jeu un peu répétitif et parfois légèrement ennuyant dans les derniers moments.nnQui plus est, si l'histoire est intéressante, elle échoue à nous montrer ce que Paper's please faisait si bien. Nous faire miroiter une fin potentiel à chaque fin de journée du à une mauvaise décision. Or, ici, malgré tous mes choix pro-rébellion, jamais le jeu n'a riposté en envoyant des gardes à ma porte. Cela alors que le jeu semble contenir une dizaine de fins différentes, que je n'ai donc pu explorer.nnMind Scanners se veux donc un mélange entre The Red String Club (dans la DA et les thèmes apportés) et Paper's please (dans le gameplay et le type de personnage incarnée qui va devoir faire des choix). Et si cette idée séduit sur le papier et réussit pendant un moment à émerveiller et fonctionner, les limites finissent par arriver avant que le jeu ne se finisse, nous laissant sur un sentiment mitigé. nnA lire cette critique, l'on pourrait croire que je n'ai pas passé un bon moment et cela n'est pas vrai. Ce jeu reste un très bon jeu indépendant, très bien fini, que ce soit niveau technique (aucun bug à signaler) que artistique. Sans doute suis-je trop critique envers des jeux tentants d'imiter le chef d'oeuvre qu'est Paper's Please. Il reste que ce 8 contre-balance la note actuel du jeu, beaucoup trop basse à mon gout et qui mériterai un solide 7 pour ses qualités intrinsèques et sa volonté d'aborder des thèmes importants tel que la santé mentale (pour n'en citer qu'un) . nnSur ce, je vous laisse vous faire une idée. N'oubliez juste pas d'imprimer votre esprit du jeu sur SensCritique après l'avoir scanner, celui-ci mérite bien un peu d'encre (ou de caractères dans notre situation).