Indivisible (2019)

Indivisible (2019)

Résumé

Indivisible est un action-RPG avec des phases de plateforme dont les graphismes et les animations remarquables viennent s’ajouter à une mécanique de combat unique en temps réel. Plongez dans un monde fantastique et laissez-vous porter par l'aventure.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Les amis, l’heure est grave, ce petit bijou financé à hauteur de 2.2millions sur Indegogo (et soutenue également par son éditeur 505 Game pour 2 Millions) à fait un flop monumental tandis que des tensions internes ont conduits tous les développeurs à quitter le studio, annulant de facto les DLC promis dans la campagne de crownfounding… Cela m’attriste profondément aux vues de l’évidente qualité artistique du dit studio déjà à l’origine du sympathique SkullGirls (qui de ce que j’ai compris continue d’être entretenu par un autre studio procèdant les droits et qui vient par ailleurs de lancer le premier Season Pass) et de ce jeu qui nous intéresse ici.nnIndivisible est donc un jeu indépendant sortie en 2019 qui semble être passé malheureusement assez inaperçu après son annonce pourtant remarquée en 2015. Peut-être que la démo prototype n’avais pas suffisamment convaincu !? Je l’avais testé à l’époque et il faut bien avouer qu’elle m’avait laissé relativement perplexe pour le peu que je m’en souvienne mais ne m’avait pas démotivé pour autant comme vous pouvez le constater. Je ne vais pas m’étendre plus sur les raisons de ce succès limité car je n’ai pas vraiment suivi son développement/lancement (j’apprends tout juste qu’il a bidé en me renseignant un peu sur l’origine du projet pour l’écriture de cette critique) mais il me semble me souvenir qu’à l’époque le jeu était au tour par tour et cela a dû en décevoir plus d’un j’imagine, or la première chose à préciser est donc que ce n’est plus le cas dans la version final. nnBien que le gameplay se base sur une sorte de système ATB, que les personnages sont statiques et que les joutes prennent place dans un cadre spécifique à la manière des Final Fantasy & co, ces duels sont parfaitement dynamique et tiennent plus de l’A-RPG type Tales of. En effet, il n’y a pas de pause et le système se reposant essentiellement sur une dynamique de combo, de parade et d’interruption des attaques adverses. Ce gameplay est d’ailleurs la principale force du jeu de par son originalité et sa grande variété de personnage (20) aux compétences uniques qui permettent de multiplier les combinaisons possibles et d’adapter sa stratégie en fonction du combat à venir. C’est un gameplay relativement exigeant qui demanderas une certaine maitrise, rien de très compliqué mais le jeu ne disposant pas de tutoriel il faudra comprendre la plupart des subtilités par soit même ce qui m’a posé quelques soucis au début du jeu et peu s’avéré rédhibitoire pour qui ne fera pas l’effort d’analyse et restera bloqué sur une mauvaise impression. D’autant que sans une bonne compréhension, les ennemis peuvent vite devenir de vrai sac à PV avec des parades difficilement destructibles qui peuvent frustrer. Pour ne rien arranger, le ciblage est pour le coup vraiment merdique, on ne peut changer de cible que pendant le court laps de temps ou ni nos personnages ni les ennemis ne sont en train d’attaquer, or c’est précisément lors de l’attaque adverse qu’on devrait pouvoir le faire car croyez-moi ils ne vous lâcheront pas beaucoup si vous ne les attaqué pas vous-même pour les interrompre avec des chaines de combos. D’ailleurs, le bestiaire manque peut-être un peu de variété mais ce n’est pas un point qui m’a particulièrement gêné personnellement. nnCôté système d’évolution c’est simple il n’y en a pas, enfin si il y a des joyaux à trouver pour augmenter son nombre de coup et réduire les dégâts en défense. Mais en dehors de ça aucune customisation et aucun besoin de farmer puisque les niveaux n’ont pas vraiment d’impact sur nos statistiques contrairement à certains événements scénaristiques qui auront une influence énorme. Concrètement vous pouvez avoir des personnages à 5000PV qui frappe à 400 et une cinématique plus tard vous vous retrouvez avec des personnages à 20000PV qui tape à 5000 tandis que les ennemis ont eu aussi progressé équitablement. C’est une technique maline pour amener une progression significative sans que le joueur ne soit contraint de farmer pour passer un boss ou au contraire soit devenu trop fort au point de rouler sur le jeu. La courbe de difficulté est ainsi équilibré et linaire sur la durée même si j’ai bien cru arriver face à un mur contre boss particulièrement handicapant avant de me rendre compte que le jeu avait prévu cette situation avec un soin intégrale du groupe dans sa troisième phase pour rééquilibrer les forces dans la bataille (sinon il m’aurait one shot et ça me parait difficile de le battre sans ça).nnEn dehors des combats le jeu prend la forme d’un metroidvania aux mécaniques d’exploration là encore assez innovantes qui peuvent paraitre un peu lourde par moment mais que j’ai plutôt apprécié pour leur inventivité. Cependant c’est là que réside le plus gros défaut du jeu qui m’a frustré plus d’une fois, il n’est pas possible de se téléporter d’une point de sauvegarde à un autre pour limiter les allers-retours. On se retrouve donc assez souvent à parcourir les maps de fond en comble pour vérifier un truc parce que le jeu nous à téléporté au début du niveau après avoir battu le boss sans nous laisser l’opportunité d’explorer la salle par exemple (un conseil ne perdez pas votre temps à faire ça, l’accès à ces zones sera bloqué et on aura la possibilité d’y retourner plus tard), ou simplement pour accéder aux endroits infranchissables ou aux joyaux inatteignables après l’obtention d’une nouvelle capacité permettant de les débloquer ou encore dans l’optique de retourner au bateau une fois la tache accomplis… Bref ça pose régulièrement problème, probablement dans le but inavoué d’augmenter la durée de vie mais c’est gavant quoi...nnMais si le jeu a attiré mon regard et suscité mon intérêt à la base c’est pour sa direction artistique. Un style dessiné plutôt jolie dans l’ensemble même si j’ai trouvé le chara design des personnages assez inégale et les cinématiques pas super propres et moins nombreuses que je ne l’aurais cru en voyant la bande annonce. Les animations des sprites sont cependant très réussit, c’est fluide on se croirait vraiment dans un dessin animé et les décors sont également très sympa globalement avec des détails en arrière-plan qui leur donne une profondeur intéressante ainsi que des villes assez peuplées et animées pour être crédibles. Autre chose que pour le coup je ne savais pas en lançant le jeu, c’est le compositeur de Secret of Mana qui s’est occupé de la bande son et si elle n’est pas nécessairement marquante au point de l’écouter en dehors de jeu (quoi que), elle s’avère de faite plutôt agréable. nnPour finir, coté scénario il ne faudra pas vous attendre à quelque chose de très passionnant, l’écriture est sans doute un peu faiblarde notamment à cause du grand nombre de personnages qui n’auront pas de background approfondis et peu, voir pas, de mise en avant (il y a même une blague méta à ce sujet ou l’héroïne s’exclame « mais t’es là toi, je t’avais complètement oublié »). En parlant d’humour les dialogues en sont remplis, pas de quoi s’éclaffer non plus mais c’est suffisamment efficace pour rendre l’aventure rafraichissante et adoucir la monotonie du récit. Cela étant dit le dernier tiers/quart du jeu réserves quelques surprise sur le traitement de l’héroïne et monte en intensité, aussi bien sur ses longues phases de plateforme qui mettront votre patience et votre dextérité à l’épreuve que dans le scenario plus épique et dramatique jusqu’au final des plus mémorable. Notons également la présence de doublage anglais que j’ai trouvé très qualitatif.nnVoilà je pense avoir fait le tour du sujet, Indivisible n’est peut-être pas un très grand jeu mais reste une expérience fort sympathique malgré ces quelques défauts et mérite d’être plus reconnu dans l’univers indépendant. Je recommande donc cette aventure qui n’a malheureusement pas eu le succès qu’elle méritait. Pour résumer nnLes n Un bon gameplay innovant qui demande une certaine maitrisen Des mécaniques de plateforme assez inédit aussin Un humour léger globalement efficacen Des doublage de qualitén Des animations réussi (dev de SkullGirls)n Des musiques agréables à l'oreille (compositeur de Secret of Mana)nnLes - n-Pas de TP dans un Metroidvania c’est inadmissible !!!n-Pas de tuto/didacticiel qui fait que j'ai mis un peu de temps à bien comprendre le système de combat (comment se remplis la jauge de spécial, pourquoi elle diminue parfois, comment l'utiliser, comment parer efficacement)n-Des trash mob légèrement sac à PV par moment (surtout quand ils ont la capacité de se défendre et prendre 0 dégâts pendant plusieurs coup le temps de briser leur parade qu'il réitère à chaque tour)n-Un scenario trop basique qui peine à s'avérer passionnant avant le dernier quartn-Trop de personnages si peu approfondisn-Un chara Design pas ouf et plutôt inégalen-Des difficultés à cibler des ennemis au vue du très court laps de temps ou c'est possible (fonction bloquée quand l'ennemis attaque alors que ce serait précisément le moment d'agir)nnSur ce j’espère vous avoir convaincu de lui laisser sa chance (j’ai 5 éclaireurs qui l’on en envie et pour une fois ce n’est pas moi le dernier, allée hop hop hop on se motive ^^). Comptez environ 20h de jeu