Valkyria Chronicles 4 (2018)

Valkyria Chronicles 4 (2018)

Résumé

Europa est engloutie dans les flammes de la Seconde Guerre entre la Fédération Atlantique et l'Alliance Impériale Orientale. Avec la victoire qui s'éloigne, la Fédération exécute l'opération Northern Cross : une tentative désespérée de capturer la capitale impériale et de mettre fin à la guerre.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

En 2008, Valkyria Chronicles 1 connaît un succès critique notable grâce à son gameplay mêlant jeu de stratégie au tour par tour et temps réel en vue TPS ainsi que son style visuel unique. Faute de succès commercial, VC2 sort non pas sur PS3 mais sur PSP. Cela reste un très bon jeu mais ce changement de plateforme à rendu la saga moins accessible et visible. Même chose pour le 3ème opus qui qui ne sortira jamais du Japon et je n’ai pas pu faire. En 2017, le spin off Valkyria Azure Revolution est un échec critique comme commercial. Dans ces temps difficiles, VC4 est l’épisode qui promet de revenir sur ce qui rendait la saga si appréciée. (Spoil mineurs).nnL’Art de la guerrennUne bonne nouvelle au 1er coup d’œil le style visuel de la saga est de retour et il est fort joli. Ce rendu dessiné main et coloré à l’aquarelle est toujours aussi singulier. De l’Art quoi. Ceux qui découvrent la saga avec le 4 seront probablement ravis de son aspect visuel. De mon côté, je vois quelques améliorations par rapport à VC1 mais c’est léger. Difficile de croire que 10 ans séparent les deux jeux. nnPassé le très bel enrobage, j’ai remarqué que VC4 accuse d’un net retard technique pour un jeu de 2018. Certaines textures semblent sorties de 2008, certaines animations sont ridicules et la majorité des cinématiques font très statiques. Tout cela donne l’impression que les dév ont été feignants alors qu’ils avaient fait bien mieux avant. Par exemple, le QG de VC2 était en 3D avec pas mal de petites animations et un aspect différent selon la saison. Cela donnait vraiment vie au lieu. Le QG de VC4 n’est qu’une succession d’images statiques en comparaison. On remarque aussi que pas mal d’animations et effets sonores ont été repris du 1. nnC’est reparti comme en 14nnPour ce qui est du gameplay, VC4 reprend quasiment à l’identique le très bon système de jeu du 1er opus. On retrouve donc cette façon de jouer si particulière toujours aussi tactique et agréable. Sélectionner une icône représentant un soldat sur une carte en 2D pour ensuite se retrouver à le contrôler dans un monde 3D en vue TPS fait toujours son effet. Toutefois, les défauts du 1 sont toujours là comme ces collisions hasardeuses ou ce manque d’équilibrage avec la classe des scouts toujours trop balèzes. Pire encore, VC4 introduit un véhicule blindé pouvant transporter les troupes qui permet de terminer la plupart des missions en 1 tour ou 2. nnL’autre "grosse nouveauté" du jeu est l’introduction d’une nouvelle classe le grenadier. Or, il existait déjà dans les anciens opus sous la forme d’un lancier équipé d’un mortier qui est d’ailleurs toujours présent dans VC4. Un beau doublon donc mais aussi un manque d'équilibrage en plus vu que le grenadier est bien meilleur et même craqué par moments. Il ajoute toutefois une finesse supplémentaire au gameplay tout comme le nouveau système de commandement qui m’a bien plu. Il y a également quelques petites nouveautés mineures mais appréciables comme les ordres du navire ou encore les petits aspects RPG en plus. nnWar has changed nnA 1ère vue, rien n’a changé. L’intrigue se situe toujours dans une Europe imaginaire lors d’un grand conflit entre la fédération (l’UE quoi) et l’empire (russe en gros). VC1 se déroule pendant la même période mais du point de vue de Gallia (nation indépendante). On est désormais dans le camp de la fédération. On suivra le Squad E dont le cœur est un groupe d’amis d’enfance originaires de … Gallia. La narration reprend le format journal de VC1 mais est beaucoup plus personnelle vu que c’est le journal du protagoniste. La trame scénaristique est sur une échelle bien plus grande qu’avant et nous fera passer par beaucoup d’environnements avec des enjeux ainsi que des climats différents. nnPlus surprenant, le scénario en lui-même change d’échelle et voit plus loin que le Squad E. Le jeu est capable de situations portant des thèmes matures et absents de tout manichéisme. A la guerre, aucun gouvernement ou soldat n’est blanc ou noir. Cette nuance dont fait preuve VC4 est le signe que la saga a gagné en maturité. VC1 était peu nuancé et le 2 déjà nettement plus mais c’est bien le 4 qui gagne sur ce point. Ainsi, nos "héros" seront confrontés à des situations et décisions déchirantes moralement. nnAttention, ce n’est pas tout blanc niveau scénario, il y a encore de gros progrès à faire de côté. Et j’en viens à ce qui plombe toujours le scénario de tout VC. Comme ses aînés, VC4 est capable de moments bien niais qui tranchent avec son côté mature. A croire qu’il y avait un scénariste niais et un autre mature lors de la production du jeu. Difficile d’ignorer cette niaiserie vu qu’elle gâche parfois des situations fort intéressantes.nnOne Squad ArmynnA l'image du scénario, les personnages sont un peu stéréotypés mais disposent d’une profondeur et d’une nuance surprenantes. J’ai toujours trouvé les personnages des VC fort attachants et pour plusieurs raisons. Ils ont chacun des modèles 3D uniques mais surtout des traits de caractères bien différents qui influent directement sur leur performance au combat en bien ou en mal. Le fait qu’ils soient tous doublés est la cerise sur le gâteau. nnCela était déjà présent dans VC1 mais le jeu ne développait en rien les personnages secondaires. On devait se contenter d’une brève description sur leur fiche de perso. VC4 reprend le meilleur aspect de VC2 en proposant des quêtes secondaires pour tout les membres du Squad E. On va donc apprendre leurs passés, leurs motivations et autre. Cela donne nettement plus de profondeur aux personnages secondaires, produit une belle dynamique de groupe et fait même évoluer les mentalités. Cela rend l’intégralité du cast bien plus humain et crédible. Ce qui est rare dans un T-RPG. Du coup, on s’attache beaucoup à ces personnages et on veut éviter a tout prix qu’ils meurent sur le champ de bataille.nnLe jeu est généreux en contenu sans trop de redites. Il m’aura fallu 50h pour tout faire et je ne me suis pas ennuyé. Les musiques sont bonnes mais un peu inférieures aux autres opus avec pas mal de recyclage. Toutefois, on apprécie grandement la présence des voix japonaises mais surtout d’une très bonne traduction française. Une 1ère pour un VC. J’aime aussi les petits détails comme l’apparence des soldats/tanks qui changent selon leur équipement et même selon les saisons. nnMission accomplished nnPour conclure, VC4 a réussi son pari car il reprend très bien ce qui faisait le sel de chaque opus. On a donc les bases solides du 1 avec le développement des personnages et le scénario plus mature du 2. Un dernier point sur lequel il fait encore mieux. VC4 est l’épisode le plus complet de la saga à mon sens et c’est sa plus grande force. Sa traduction en fait également le plus accessible. Il attirera et plaira certainement à beaucoup de néophytes.nnToutefois, L’habitué des VC verra le recyclage et la fainéantise des dév. Il regrettera le peu de nouveautés et l’absence totale de prise de risque. Il soupira surement en voyant que les défauts des anciens opus n’ont pas été corrigés comme ce gameplay déséquilibré et surtout cette naïveté dans le récit avec du retard technique par-dessus le marché. nnDu coup je pourrais parfaitement comprendre qu’on sanctionne le jeu là-dessus. De mon côté, je dois admettre que, malgré tout cela, j’ai passé un très bon moment sur VC4 vu à quel point il est complet. Et puis, c’est surement un opus conformiste mais bien solide qu’il fallait pour remettre la saga sur les rails et pour produire ensuite un VC5 plus ambitieux. Du moins, je l’espère car je ne passerai certainement pas l’éponge sur un VC4 bis. Mission accomplie donc mais gare à la prochaine fois !