Sinner: Sacrifice for Redemption (2018)

Sinner: Sacrifice for Redemption (2018)

Résumé

Sinner : Sacrifice for Redemption est jeu de type Action-RPG inspiré des titres Dark Souls ou encore Shadow of the Colossus. Ce dernier nous permet d'incarner le personnage d'Adam.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Sinner, aka le boss rush à la Darksouls. La filiation est relativement évidente visuellement mais... Il y a un peu plus que ça.nnAu commencement, on dévale une petite pente en se débarrassant de quelques âmes égarées. Profitez de ce tuto minimaliste, vous apprenant les touches de votre manette, car c'est tout ce que vous aurez. Non, vous n'aurez même pas le droit d'avoir une description de votre équipement. Et ne vous y trompez pas oui, ça ressemble aux Souls jusque dans la charte graphique mais non, sorti du tuto, il n'y aura pas de phase d'aventure. Aucune. C'est un boss rush, un vrai. Et il a même le bon goût de nous épargner les couloirs de remplissage maladroit qu'on trouve souvent chez la concurrence.nDans un mini-hub qui fait penser à celui de Demon's Souls, on choisit le boss que l'on veut affronter en se dirigeant vers sa stèle. Chaque adversaire, représentant les pêchés capitaux, impose de sacrifier une caractéristique (force, santé, inventaire, etc) propre à son vice avant de daigner nous faire face. Un des gros intérêt du jeu est cette évolution négative, où l'on choisit stratégiquement dans quel sens on se déshabille.nnL'autre, heureusement, c'est les boss en eux même. Leurs schémas d'attaques sont souvent assez simples, ce qui n'empêche pas leurs variétés ou de devoir maîtriser notre personnage pour ne pas se faire occire dans la seconde. Je suis loin d'être un spécialiste du genre ou des Souls mais j'y ai vu quelques bonnes idées, notamment quand on a le choix de la partie du corps a attaquer. Le coq de combat, Modvic, en est un fort bel exemple je trouve.nNotre héros est assez pataud en comparaison de tout ce beau monde mais il a ce qu'il faut pour faire face. Une roulade bien sur, mais aussi un inventaire garnis de fiole de soins, lances, bombes et de quoi enchanter l'armement. On a également deux positions de combat, une pour l'épée et le bouclier tandis que la seconde sert à l'épée à deux mains. Forcément, la vitesse et la force de frappe diffèrent en fonction mais la maitrise des parades parfaites, au timing plutôt large tant que vous n'êtes pas dans une phase de récupération, sera vivement recommandées dans tout les cas.nnQuestion difficulté, le principe même du jeu peut intimider... Et je mentirais si je disais n'avoir jamais perdu. Cependant, il reste accessible à ceux qui ne sont pas allergiques aux fins de parties brutales. À titre personnel, il y a un boss en particulier qui m'a fait réessayer plus que de raison Linvin Undok l'envieuse, sur laquelle j'ai passé bien 1h30 et probablement une quarantaine d'essai... Sur les 6h20 passées dessus, pour 9 boss, je trouve que c'est raisonnable. Les plus masochistes pourront d'ailleurs activer tous les malus avant d'affronter le moindre ennemi si jamais. nLe postgame pense avec attention à ceux qui aiment souffrir (je passe mon tour ^^') le ng débloque trois modes de difficulté supplémentaire, dont deux avec mort permanente tout de même, ainsi que la possibilité de se refaire les boss en fil indienne, sans chargement. Ou un à un avec des compteurs divers, pour le sport des chiffres. Et pendant que j'y pense le jeu ne sera jamais en pause "active" malgré sa dimension entièrement solo MAIS il se fige quand même quand on va sur la home. L'instant pipi-room est donc sauf. Et oui, c'est important. ^^'nnPétri d'appréhension, je l'ai pris apascher pour caller une dent creuse. Et c'était exactement ce que j'en pensais au bout de 2/3h. Mais il a sû se révéler plus intéressant que prévu sur la durée et je n'aurai pas de honte à le recommander a qui aime les jeux sortant des sentiers battus grâce à sa mécanique de malus. Je l'ai d'ailleurs refait dans la foulée et, cette fois là, c'est Rhodes qui m'avait embêter. ^^'nTechniquement, c'est assez propre. Il n'y a pas d'ombres aux personnage mais l'ensemble a une tronche tout à fait correcte et son framerate ne fait pas le yoyo en permanence. Par contre, il n'autorise pas la prise de vidéo pour faire le Kéké devant ses amis. Dommage.