Hexen (1995)

Hexen (1995)

Résumé

Alors que vous combattiez les forces du mal de D'Sparil, d'autres ennemis poursuivaient leur oeuvre néfaste dans d'autres dimensions. Une de ces dimensions est le monde perdu d'Hexen. Un monde jonché de cadavres et habité par des morts-vivants. Seul 3 humains : un guerrier, un magicien et un prêtre ont échappé au Mal. Ils ont fait le serment de le détruire. Séparés au passage à travers le portail mystique ils sont forcés d'accomplir seul ce qu'ils avaient projeté d'accomplir ensemble : trouver la forteresse de Korax, le détruire et rétablir l'ordre et la paix.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Hexen, la suite d'Heretic, reprend tout ce qui faisait la qualité du premier jeu, et améliore plusieurs choses. Le moteur est à nouveau modifié pour proposer plus de choses (plus d'effets visuels, plus de choses possibles dans le level design également), on a d'excellents effets sonores, monstres et armes.nnMais Hexen va plus loin et se distancie du clone de Doom qu'était Heretic. La première chose est qu'il propose un système de classe (en gros une de mélée, une de distance, et une au milieu), chacune avec ses propres armes et charactéristiques (vitesse, résistance...) pour une rejouabilité sans doute intéressante. Egalement, terminé le système de niveaux basique, Hexen introduit le système de "hub", ou autrement dit de niveau gigantesque, sous la forme de plusieurs niveaux tous reliés à un niveau central. On peut se balader partout, et certains boutons activés dans un niveau ouvriront une porte dans un autre niveau, pour des énigmes qui s'étalent sur plusieurs niveaux.nnAlors sur le papier ça a l'air cool, et si effectivement l'ambiance est toujours là et c'est toujours aussi fun d'exploser nos ennemis et d'entendre ce son si satisfaisant de leur chair qui part en lambeaux, j'ai trouvé que le fait que les niveaux soient maintenant si grand est très problématique.nnDans les niveaux de Doom ou d'Heretic, si l'on loupait un bouton, on pouvait galérer pendant un bon quart d'heure à le chercher s'il était bien caché. Dans Hexen, c'est chercher une aiguille dans une meute de foin et c'est insupportable (surtout que certains switch sont vraiment bien planqués). De plus on doit faire énormément d'aller-retours, et on ne sait jamais vraiment ce qu'un bouton a bien pu faire à l'autre bout de la map.nnOn a donc un jeu qui passe de "flinguer tout ce qui bouge et pour varier un peu, résoudre le labyrinthe" à "résoudre cet immense labyrinthe, et pour varier un peu y'aura des ennemis". Et pour moi c'est beaucoup moins marrant. Egalement, si avoir des armes différentes pour chaque classe est très bien, à cause de ça on n'a que 4 armes en tout pour faire tout le jeu, ce qui est je trouve un peu faible. Un dernier reproche est que j'ai trouvé le jeu trop sombre dans beaucoup d'endroits, sachant que l'objet qui permet d'y voir clair est quasiment introuvable par rapport à Heretic où on en trouvait assez fréquemment.nnBref, ça reste un jeu fun si ce que l'on cherche c'est de se ballader dans ces grands environnements au très bon level design (à part quelques deathtraps en trial & error), mais un peu en dessous de ce qui se faisait à l'époque en terme de fun pour ma part.