Gothic (2001)

Gothic (2001)

Résumé

La guerre fait rage dans le royaume de Myrtana. Les hordes orques ont envahi le territoire humain et le roi de cette terre a besoin de beaucoup de minerais pour forger assez d'armes afin que son armée puisse faire face à cette menace. Toute personne qui ne respecte pas la loi dans ces heures sombres est condamnée à servir dans l'immense colonie pénitentiaire de Khorinis afin d'extraire le si précieux minerai.rnrnToute la zone, surnommée "la Colonie", est encerclée par une barrière magique, une sphère de deux kilomètres de diamètre isolant la colonie pénale du monde extérieur. La barrière peut être traversée de l'extérieur vers l'intérieur - mais une fois dedans, personne ne peut s'échapper. La barrière était une arme à double tranchant - les prisonniers profitèrent rapidement de l'occasion et lancèrent une révolte. La Colonie fut divisée en trois factions rivales, et le roi fut forcé de négocier pour son minerai au lieu de l'exiger.rnrnVous avez été jeté à travers la barrière dans cette prison. Le dos au mur, vous devez survivre et former des alliances éphémères jusqu'à ce que vous arriviez enfin à vous échapper.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

Je suis dans une période où j’ai envie de RPG ou l’on est assez libre. En me renseignant un peu, j’ai vu que la série Gothic avait visiblement une bonne réputation dans le genre « Je fais ce que je veux dans ce jeu ». Il n’en fallait pas plus pour que je m’y mette, et que je découvre cette série.nnLe jeu commence avec une longue intro nous racontant ce qui s’est passé dans le monde de Gothic, et dans le complexe minier ou notre héros se voit envoyer avec une mission. Pour faire simple, des Magiciens ont créés une barrière sur ordre du Roi Rhobart II autour du complexe minier pour contenir les criminels (tous les criminels sont envoyés dans ce complexe pour y travailler, afin de récolter du minerai pour forger des armes pour les soldats du Roi, le royaume étant en guerre contre les Orcs). Sauf que la barrière empêche dorénavant quiconque à l’intérieur d’en sortir, alors qu’il est toujours possible d’y envoyer des hommes.nnLes prisonniers prennent donc le pouvoir à l’intérieur de la barrière, et trois camps différents se créent le Vieux Camp, qui envoie régulièrement du minerai au Roi en échange d’autres choses. Le Nouveau Camp, composé d’hommes n’ayant aucune règle, et le Camp des Marais, qui a renié les anciens Dieux pour en adorer un nouveau, le « Sleeper ». Chaque camp est évidemment au cœur du scénario, des choix, et du gameplay.nnOn va en effet pouvoir rejoindre l’un des trois camps, ce qui aura pour conséquences d’avoir des armures propres au grade que nous aurons. Il y aura pas mal de choix à faire dans chacun des camps, afin de déterminer si nous serons voleur, templier, garde, magicien… On commence vraiment en étant personne, ne sachant pratiquement rien faire. Au cours du jeu, et de la montée de niveau, on va pouvoir trouver des personnes capables de nous entraîner, que ce soit au maniement de l’épée (au départ, notre héros la tient des deux mains, puis on nous apprendra que c’est beaucoup plus simple avec une seule main, qu’il vaut mieux frapper d’abord comme ça, etc.), de l’arc, de l’arbalète, des épées à deux mains, de la magie, du vol, pouvoir se faufiler derrière quelqu’un tout doucement, apprendre à crocheter, et d’autres petites choses.nnLe gameplay est riche, même s’il est dommage que l’on obtient si peu de points de compétences (10 par niveaux), que les différentes catégories d’améliorations soient si couteuses surtout. Mais malgré ça, on peut facilement se faire le perso que l’on désire, j’ai personnellement fait trois sauvegardes différentes (une pour chaque camp) avant de me rendre compte que l’histoire ne changeait pas réellement pour chaque camp, c’est surtout la classe que l’on aura qui changera. Ainsi que l’opinion de certains personnages.nnJ’ai vraiment trouvé passionnant le fait de démarrer avec rien, pour finir par être respecté des différents personnages. Au départ, il n’est pas rare de se faire littéralement envoyer chier et d’avoir des hommes qui nous tendent de pièges sur ordre de certains personnages. Là où ça devient intéressant, c’est qu’on ne meurt pas quand on se fait défoncer par des humains (sauf s’ils vous terminent en vous plantant leur arme lorsque vous êtes à terre). Non, on va simplement être ko quelques secondes, le temps de se faire voler notre or, voir notre arme et d’autres choses. J’ai trouvé ça très ingénieux comme feature.nnLe gameplay est assez rigide, c’est pratiquement injouable au départ tellement les touches ne sont pas instinctives. Mais, finalement, au bout de plusieurs minutes, on commence à comprendre les mécaniques de jeu, comment se battre, marchander, etc. Si les débuts sont difficiles, tant dans les combats (le moindre monstre seul peut nous tuer facilement), au fur et à mesure de la prise de niveaux, on devient véritablement puissant.nnLe monde dans lequel nous évoluons n’est certes pas très vaste, mais suffisamment pour se perdre au début, encore plus facilement si l’on n’achète (ou ne vole) pas de map. C’est évidemment un monde ouvert, sans chargements (sauf pour rentrer dans des donjons), fluide, les monstres sont visibles sur le terrain, on va pouvoir aussi ramasser des herbes, potions, parchemins, armes, etc. Faire griller sa viande fraichement ramasser, c’est d’ailleurs possible, encore une bonne feature. Et ce n’est pas la dernière d’ailleurs.nnPour en revenir un peu à notre héros, sachez qu’il n’a aucun nom, on ne pourra pas lui en donner, ni même créer son personnage. Malgré ça, il a bien une voix, sait répondre même tout seul, j’ai été surpris, là ou dans les RPG de ce genre, on se tape toujours un héros étant muet. Il n’a pas vraiment de personnalité (on lui forge celle que l’on veut après tout, libre à nous d’être un connard qui vole, bute tout le monde ou un bon samaritain.), mais on s’attache à lui, pour peu que l’on ait envie de se la jouer RP.nnConcernant le reste du scénario, du background du jeu, le tout est plutôt sympa, ça se laisse suivre, y’a quelques rebondissements, ce n’est sûrement pas le scénario du siècle, mais il a le mérite d’être captivant à suivre, de même que les quêtes annexes, qui ne se résument pas bêtement à « va me chercher ça », ou « tue 30 monstres ! ». Il y a assez peu de quêtes annexes quand j’y pense, mais elles ont toutes été intéressantes, ou presque. Elles permettent de mieux connaître l’environnement, les personnages, l’histoire du jeu.n nC’est ce qui m’a surpris avec ce jeu je pense, les quêtes annexes n’ont pas l’air d’être si annexes que ça. Ou alors c’est qu’elles sont tellement bien foutues que ça ne m’a pas dérangé de les faire, je ne saurais dire. L’ambiance de Gothic est excellente, que ce soit dans les trois camps ou en dehors de ces derniers. Le cycle jour/nuit est évidemment présent, et l’on aura même les conditions météos, même si ça se résume à la pluie et le beau temps. De même que de voir la barrière magique dans le ciel de temps en temps, lancer des éclairs sur des types essayant peut-être de s’enfuir (car si l’on s’approche trop des limites du complexe, on se mangera un éclair dans la tronche.nnMais j’ai vraiment bien aimé cette ambiance, un peu déprimante, limite pesante, de savoir que l’on est coincé dans ce complexe, on ne sait pas à qui faire confiance, les PNJ se méfiants aussi de nous, il y règne une profonde parano dans ce monde. L’IA est d’ailleurs très satisfaisante, je n’ai pas eu de problème particulier lorsque je suivais quelqu’un ou inversement. Celle des monstres est aussi bonne, on aura même la chance de temps en temps de voir différentes races de monstres se battre entre eux, vous permettant de passer tranquillement. Certains monstres vous préviennent même que vous entrez dans leur territoire. Un cri, deux cris, vous êtes toujours près d’eux ? Ils vous chargeront. Excellente idée, cela permet d’éviter les monstres quand on ne veut pas se battre.nnLa durée de vie est correcte, une bonne trentaine d’heures pour le terminer. Ça peut paraître un peu faible pour un RPG, mais je n’ai pas trouvé. La trame, les quêtes, le leveling est tellement bien pensé que je n’ai pas eu la sensation de traîner, ni de tracer. Je n’ai pas fait toutes les quêtes (y’en a certaines que je ne pouvais plus faire suite à quelques choix), mais je pense que 5h aurait suffi pour les terminer. Pour les musiques, c’est plutôt discret, pas génial même, mais l’ambiance sonore est plutôt sympa.nnLorsque j’ai commencé Gothic, je ne m’attendais pas à adorer autant le jeu, à y découvrir une perle, un jeu qui me convient à quasiment tous les niveaux. Je voulais continuer un de mes jeux en cours avant de me lancer dans Gothic II, mais je ne pense pas pouvoir attendre finalement, tellement Gothic fut une expérience excellente. J’ai hâte de retrouver mon héros anonyme et les défis qu’ils l’attendent, en espérant que la suite soit aussi bonne ! Gothic est une excellente surprise, un excellent jeu. A essayer d’urgence !