Enter the Matrix (2003)

Enter the Matrix (2003)

Résumé

Le jeu commence deux jours avant Matrix Reloaded. L'équipage de l'Osiris, vaisseau à qui l'on doit la découverte de l'armée levée par les machines et dont l'histoire est contée dans un des films d'animation de la série Animatrix, a laissé avant sa mort ces informations très importantes. L'histoire est la même que Matrix Reloaded mais du point de vue de l'équipage du Logos (Niobe, Ghost et Sparks). Niobe et Ghost récupèrent ces informations et organisent une réunion dans laquelle ils exposent les faits (réunion générale dans Matrix Reloaded, au début du film). En jouant à Enter the Matrix on apprend beaucoup de choses sur le film, comme le lien entre Ghost et Trinity, la raison pour laquelle le Logos s'est crashé, etc.

 

BANDE ANNONCE

 

AVIS D'INTERNAUTES

(02/10/2017 Léger ajout à la fin)nnAcheté sur un coup de tête pur pas cher. Quelques légers spoilers sur l'histoire de Reloaded, rien de très important.nnJ'avais entendu dire que le jeu était très buggué et bancal, et j'avais envie d'essayer. Et les compléments à l'histoire de la saga m'intéressaient également.nnLe scénario comble quelques trous laissés entre Matrix et Matrix Reloaded, et détaille certains évènements qui ont lieu en parallèle à ce que font Trinity/Morpheus/Neo dans Reloaded.nnDeux histoires au choix, Niobe, ou Ghost (son second). Je n'ai pas encore fait celle de Ghost, juste Niobe pour l'instant.nnLe jeu n'est pas très long, il doit y avoir 8-10 niveaux découpés chacun en un certain nombre de zones. Le gameplay est à peu près comme on pourrait s'y attendre, un beat them all avec des phases de plateforme. Quelques passages où l'on fait un peu de bagnole (la course-poursuite sur l'autoroute, par exemple). Je crois qu'avec Ghost certaines portions du jeu sont très différentes, et qu'à la place de conduite il tire pendant les séquences véhicule.nnJe pense que je pourrais résumer mon impression du jeu à mon ressenti par rapport à l'écran-titre (un zoom avec les mêmes effets et les mêmes polices de caractère que le film, mais en qualité évidemment un peu dégradée). Un jeu ambitieux, qui m'a directement replongé dans l'atmosphère et l'univers des films, mais qui n'a sans doute pas eu le temps d'être fini, et qui sur certains points souffre un peu de la génération de consoles sur laquelle il est sorti.nnDès la cinématique d'intro je suis accroché par le scénario. On retrouve beaucoup de personnages de la trilogie au fil du jeu, et les évènements décrits ne sont pas qu'un simple bonus scénaristique, mais constituent un véritable complément à l'histoire de Matrix. On en apprend un peu plus sur Niobe, et sur sa relation avec le commandant, par exemple.nnRien que pour ça, je pense que jouer au jeu (ou regarder les cutscenes, tout du moins) vaut le détour. D'ailleurs, le spectateur n'ayant pas joué au jeu ni vu Animatrix (comme moi quand j'ai vu la trilogie pour la première fois) doit sans doute ressentir un décalage entre l'histoire de Matrix et celle de Reloaded, et avoir l'impression que beaucoup d'évènements sont laissés inexpliqués. Je me demande si cela n'a pas contribué au fait que beaucoup apprécient moins la direction scénaristique qu'a pris la saga dans Reloaded et Revolutions.nnLe jeu nous fait également revisiter certains lieux aperçus dans le film la demeure du Mérovingien, par exemple, ou encore la centrale électrique que dégomme Niobe dans Reloaded, et la bande-son est très semblable à celles des films (et reprend certains morceaux, si je ne me trompe pas). On retrouve aussi les polices de caractère, certains effets spéciaux, le bullet time et la physique particulière de la matrice. Bref, rien de ce qu'il y a de nouveau dans la présentation ne s'éloigne de ce qu'on trouve dans les films, et c'est bien.nnDe ce côté-là, je trouve que c'est bien fichu. Et dans l'ensemble, la saga se prête très bien à l'adaptation vidéoludique, notamment en ce qui concerne les combats, les courses-poursuites ou les déambulations effrénées. Avec sa physique particulière (et les graphismes moins évolués de cette génération-là), on évite aussi l'uncanny valley dans laquelle tombent, je trouve, beaucoup de jeux récents, et les écarts au réalisme visé dans d'autres jeux sont inhérents aux films. En somme, le gameplay et le level design tortureux et plein de couloirs paraît complètement normal ici alors que dans d'autres univers cela aurait un très fort potentiel de ruiner l'immersion et de créer un décalage par rapport au film.nnLe bullet time qui offre la possibilité d'esquiver les balles, c'est fun.nnAh oui, les bruitages sont fidèles, dans l'ensemble, aussi. Quand on passe en mode bullet time, par exemple, ou encore dans l'absence d'impact de certains coups.nnLe jeu n'est pas très beau. Certains personnages sont bien retranscrits (et tous sont reconnaissables), mais même pour c'te génération-là on pouvait s'attendre à mieux. Les environnements qu'on retrouve dans le film sont bien retranscrits, par contre. Les séquences en bagnole sont sensiblement moins bien modélisées.nnBeaucoup de soin a également été apporté au niveau des animations, dans l'ensemble. L'équipe de motion capture a fait du bon boulot. On a accès à beaucoup de moves vus dans les films (plongeons vers l'avant en bullet time, saltos, courir sur les murs, certaines séquences de coups, etc.). L'animation de course (plus rapide quand on n'a pas d'arme d'équipée) me fait immanquablement penser au film. Par contre, l'animation lorsqu'on grimpe une échelle est saccadée, comme quelques autres, et les cutscenes faisant appel au moteur du jeu (pas celles tournées avec les acteurs) sont moins propres (et n'ont peut-être pas eu droit au motion capture). Dans l'ensemble, je retrouve à nouveau l'univers en contrôlant mon personnage.nnAutre détail intéressant, le jeu utilise certains éléments qu'on trouve dans beaucoup de FPS actuels (objectifs indiqués à l'écran, vie qui se régénère, jauge de bullet time, flèche indiquant parfois la direction dans laquelle où aller). Je ne pensais pas que ça remontait aussi loin, je pensais que c'était plus Call of Duty et consorts qui avaient introduit ces conneries.nnGénéralement, je n'aime pas ces mécaniques, pour différentes raisons, mais ici, leur utilisation fait sens. Les objectifs à l'écran sont ici des instructions envoyées par l'opérateur, qui a accès aux plans architecturaux et des vues d'ensemble des lieux, et la flèche indiquant la direction à suivre n'apparaît que lors des scènes de poursuite (sans doute pour donner un équivalent au fait que dans les films le personnage sait toujours dans quelle direction il est censé aller).nnLe jeu propose aussi une espèce de minijeu de hacking, qui permet de débloquer quelques bonus. Sympa, s'inscrit bien dans l'univers.nnBon, je fais beaucoup de compliments, mais il ne faut pas croire que le jeu m'a émerveillé du début à la fin.nnOn sent qu'il a fallu faire quelques concessions ici et là. Certaines des scènes tournées paraissent un peu trop courtes, et certaines répliques paraissent légèrement forcées ou abrégées. Le jeu aurait gagné à améliorer les cutscenes in-game, certains effets spéciaux, certaines animations et certains points du gameplay (je reviendrai sur le gameplay un peu plus loin).nnCertains niveaux étaient longs et pas funs, à mon goût. Une longue séquence dans les égoûts, notamment, avec des zones sombres, un level design un peu trop tortureux, des ennemis à chercher dans le décor, et des séquences de plateforme pas très fun. Les séquences de conduite sont aussi un peu sombres, et aussi un peu vides et limitées en matière d'interaction. Elles restent à peu près fidèles, mais ce ne sont pas des grand moments du jeu.nnLe jeu n'a pas de gros bugs (je pensais pouvoir me taper quelques barres en achetant le jeu), mais il a tout de même quelques soucis ici et là.nnLa caméra est un peu capricieuse ici et là, et ne se focalise pas immédiatement sur les éléments qu'on vise ou sur ceux qui pourraient intéresser le joueur. Les mécaniques de baston sont très complexes. On peut donner des coups de poings, de pied, attraper l'adversaire, esquiver/contre attaquer, utiliser une arme à feu, et les possibilités sont décuplées avec le bullet time. Par contre, avec ses légers soucis de caméra, et certains types de mouvement qui décalent le perso, il m'est arrivé de tomber dans le vide à plusieurs reprises. nnDans l'ensemble, les mécaniques de jeu sont très riches mais imparfaitement calibrées, il m'est arrivé souvent de faire quelque chose de légèrement différent de ce que je souhaitais effectuer, et les enchaînements ne sont pas toujours fluides. Peut-être que la faute m'incombe en partie et que je n'ai pas fait assez d'efforts. La difficulté au niveau de certains passages est inégale, et quelques légers bugs ont aussi rendu certains passages moins funs qu'ils auraient pu être.nnIl n'y a pas tant de passages que ça, en tout cas dans ma première playthrough du jeu, où la sauce prend complètement. Il y en a quelques-uns (un passage avec des décors destructibles, le passage où je me suis rendu compte que les combos du jeu étaient plus divers et complexes que ce que je croyais, rendant certains duels vraiment sympathiques à contempler, quelques séquences très propres de bullet time), et le jeu vend du rêve pendant ces passages, mais ils ne sont pas assez nombreux. nnLa plupart des ennemis peuvent encaisser quelques coups, je trouve ça dommage que l'on ne puisse pas dérouiller les ennemis moins costaud en un coup ou deux et continuer à courir.nnLes soucis du jeu et ses longueurs et passages bancaux seront peut-être trop pénibles pour que certains veuillent y jouer de bout en bout. Le jeu n'est pas à la hauteur de ses ambitions, et même si le jeu a eu beaucoup de bonnes idées, il m'a plus fait fantasmer sur ce qu'il aurait pu être que comblé avec ce qu'il est (tournure un peu moche, je repasserai ptêt ici le jour où je trouverai un truc un peu plus classe). Dans ce cas, je conseillerai quand même de regarder les cutscenes pour l'histoire.nnCompte tenu de certaines limites dues aux contraintes techniques de la génération de console, de l'époque, on pourrait penser qu'ETM bénéficierait d'un remake avec quelques améliorations. Mais à mon avis, si l'on en faisait un jeu triple A actuel les graphismes et les clichés de gameplay des années 2010 feraient tomber ce jeu droit dans l'uncanny valley. Je préfère rester à fantasmer un peu sur l'univers et sur le jeu incroyable qu'aurait pu être à mes yeux Enter The Matrix.nnEdit nnJ'ai fait l'histoire avec Ghost aussi. En mode facile, parce que j'avais la flemme. Une partie des frustrations du jeu disparaît lorsqu'on n'a aucun souci pour se diriger, et qu'on bute les ennemis facilement. Les quelques éléments d'histoire exclusifs sont également appréciables (de même que ses animations et son style de combat différents de ceux de Niobe)nnPar contre, les séquences exclusives à Ghost sont pas très amusantes. Là où Niobe conduit/pilote, lui tire depuis le véhicule, et c'est vite lassant. Quelques séquences deviennent des séquences de snipe que je trouve moins funs que la variante Niobe. Boah.